La Grande Sieste, de Jeanne Gatard

Visuel de la Grande Sieste
Du 12 mars au 31 mars

Après les Beaux-Arts de Paris, une formation d'architecte et d'urbaniste, la peinture et l'écriture s'imposent à Jeanne Gatard comme une évidence. Son oeuvre La Grande Sieste (1976-1981), conservée à la Bfm, est un hymne à la beauté du monde et aux vaincus de tous les temps où, comme dans les manuscrits à figures du Moyen âge, écriture et peinture sont indissociables. La Bfm la présente aujourd’hui à l’occasion de ses vingt ans au titre de ses trésors patrimoniaux.

La Grande Sieste

Œuvre d’une peintre écrivain, et couturière en l’occurrence, la Grande Sieste est née de la sécheresse de l’été 1976. Conçue comme un rouleau rappelant ce que fut le livre dans l’Antiquité et dans l’ancienne Égypte, faite de fragments de soie cousus sur de la toile souple, longue de 50 mètres à l’origine, elle comporte deux parties, de douze chapitres chacune.

Œuvre de longue haleine, elle reflète à la fois la vie de l’auteure et son regard sur le monde. Mots et motifs se répondent, reflets de ses souvenirs et de ses passions. Son style très personnel est fait de traits, de lignes, de crayonnages griffonnés, qui suggèrent plus qu’ils ne montrent, sous lesquels se cache l’humus des mots, comme chuchotés.

Traversée par les thèmes de l’errance et du voyage, et marquée par la blessure que fut la mort d’un père résistant fusillé, la Grande Sieste est dominée par le souvenir des paysages lumineux du Maroc de son enfance et l’amour des richesses de la nature. Elle embarque celui qui veut bien la regarder dans un voyage initiatique au long cours, aux multiples étapes.

 

Conférence-rencontre avec Jeanne Gatard

Le mercredi 21 mars à 18h30

Bfm centre-ville (auditorium Clancier)

Catégorie
Expositions
Conditions d'accès
Accès libre
Tarif
Gratuit